<<< Sourate précédente Revenir à l'index Sourate suivante >>>

23. Sourate des Croyants (Al-Mu’minûn)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

[1] Bienheureux, en vérité, sont les croyants [2] qui prient avec humilité, [3] qui dédaignent toute futilité, [4] qui s’acquittent de la zakât, [5] qui s’abstiennent de tout rapport charnel, [6] sauf avec leurs épouses ou leurs esclaves, en quoi ils ne sont pas à blâmer, [7] car seuls sont coupables de transgression ceux qui recherchent d’autres unions ; [8] bienheureux sont ceux qui respectent les dépôts qui leur sont confiés ainsi que leurs engagements, [9] et qui s’acquittent régulièrement de leurs prières salât ! [10] Ce sont ceux-là les véritables héritiers [11] auxquels échoira le Paradis pour l’éternité. [12] Certes, Nous avons créé l’homme d’un extrait d’argile [13] dont Nous avons fait ensuite une goutte de sperme déposée en un réceptacle bien protégé ; [14] puis Nous avons transformé cette goutte en un caillot de sang dont Nous avons fait un embryon où s’est dessiné le squelette que Nous avons recouvert de chair, pour en faire, en fin de compte, un nouvel être, bien différencié. Béni soit donc Dieu, le Meilleur des créateurs ! [15] Après quoi, vous êtes appelés à mourir, [16] pour être ressuscités au Jour du Jugement dernier.
[17] Nous avons créé au-dessus de vous sept Cieux, et jamais Notre attention n’a été absente de ce que Nous avons créé.
[18] Nous faisons descendre du ciel en quantité bien mesurée de l’eau que Nous maintenons sous terre, bien qu’il soit en Notre pouvoir aussi de la faire disparaître. [19] Grâce à cette eau, Nous avons créé pour vous des palmeraies et des vignobles, qui vous donnent des fruits en abondance, que vous êtes appelés à consommer, [20] ainsi que cet arbre qui pousse au Sinaï et fournit de l’huile, condiment qui donne aux aliments une saveur fort appréciée.
[21] Certes, vous avez également dans les troupeaux un sujet à méditer. Nous vous faisons boire du lait qui se trouve dans leurs entrailles. Vous y trouvez aussi de nombreux avantages, et vous vous nourrissez également de leurs viandes. [22] Et ils vous servent enfin, à l’égal des vaisseaux, à vous transporter.
[23] Nous avions envoyé Noé à son peuple : «Ô mon peuple, leur dit-il, adorez Dieu, car vous n’avez d’autre divinité que Lui ! Ne Le craignez-vous donc point?» [24] Mais les notables de son peuple, qui étaient impies, s’écrièrent : «Qui donc est cet homme, sinon un mortel comme vous, qui veut se distinguer à vos dépens? Si Dieu avait voulu, ce sont des anges qu’Il nous aurait envoyés. Nous n’avons rien entendu de pareil chez nos premiers ancêtres. [25] Ce n’est, en vérité, qu’un homme atteint de folie ! Observez-le quelque temps !» [26] – «Seigneur, supplia Noé, prête-moi Ton assistance ! Ils me traitent d’imposteur !»
[27] Nous lui révélâmes alors : «Construis une arche sous Nos yeux et selon Notre inspiration. Dès que Notre ordre sera donné et que le four entrera en ébullition, embarque dans l’arche un couple de chaque espèce, ainsi que les tiens, à l’exception de ceux d’entre eux contre qui un arrêt aura déjà été prononcé. Ne M’adresse aucune prière en faveur des impies, car ils seront tous irrémédiablement engloutis !
[28] Et quand tu seras bien installé dans l’arche, toi et tes compagnons, tu diras : “Louange à Dieu pour nous avoir sauvés de ce peuple injuste !” [29] Et ajoute : “Seigneur ! Fais-moi débarquer en un lieu béni ! Tu es Celui qui conduit le mieux à bon port !”« [30] Il y a en cet événement des signes certains, bien que ce fût là une épreuve de Notre part.
[31] Nous avons créé, après eux, d’autres générations [32] auxquelles Nous avons envoyé un messager issu d’elles-mêmes pour leur dire : «Adorez Dieu ! Vous n’avez d’autre divinité que Lui ! Ne Le craignez-vous donc point?» [33] Mais les notables de son peuple qui étaient sans foi, qui ne croyaient pas à la vie future et que Nous avions pourtant comblés de richesses dans ce bas monde, s’écrièrent : «Qui donc est cet homme, sinon un mortel comme vous? Il mange de ce que vous mangez et boit de ce que vous buvez. [34] Si vous obéissez à un homme comme vous, vous serez du nombre des perdants, à coup sûr. [35] «Vous promet-il qu’une fois morts et réduits en os et en poussière vous serez de nouveau rendus à la vie? [36] Quelles balivernes on vous promet là ! [37] Il n’y a point d’autre vie que celle dont nous jouissons ici-bas. Nous mourons, nous vivons et nous ne serons jamais ressuscités ! [38] Ce n’est qu’un homme qui raconte des mensonges sur Dieu, et nous ne sommes pas prêts à croire ce qu’il raconte !» [39] – «Seigneur, supplia le messager, prête-moi Ton assistance ! Ils me traitent d’imposteur !» [40] – «Encore quelques instants, répondit le Seigneur, et ils auront à le regretter.»
[41] Et soudain, un grondement terrifiant les saisit, en toute justice, et Nous les réduisîmes à l’état de débris charriés par le torrent. Arrière donc au peuple des pervers ! [42] Puis Nous fîmes naître après eux d’autres générations,
[43] car aucune communauté ne peut ni avancer ni reculer le terme qui lui est imparti. [44] Puis Nous fîmes succéder les prophètes les uns aux autres. Et chaque fois que l’un d’eux se présentait à son peuple, celui-ci le traitait d’imposteur. Aussi anéantîmes-Nous ces peuples les uns après les autres et en fîmes-Nous des sujets de légende. Arrière donc aux peuples infidèles !
[45] Nous envoyâmes ensuite Moïse et son frère Aaron, munis de Nos signes et de preuves évidentes, [46] à Pharaon et aux notables de son royaume, qui les accueillirent avec morgue, car c’étaient des gens pleins d’arrogance. [47] «Allons-nous croire, s’écrièrent-ils, en deux hommes identiques à nous, et dont le peuple est notre esclave?» [48] Aussi furent-ils anéantis, pour avoir traité Moïse et Aaron de menteurs. [49] Et si Nous avions donné l’Écriture à Moïse, c’était bien pour amener son peuple à suivre la bonne voie.
[50] Puis Nous fîmes du fils de Marie, ainsi que de sa mère, un prodige. Nous leur donnâmes à tous deux pour refuge une colline paisible et dotée d’une source. [51] «Ô prophètes ! Mangez de ce qui est licite et agréable et faites de bonnes œuvres, car Je suis au courant de tout ce que vous faites ! [52] Et soyez certains que cette communauté religieuse, qui est la vôtre, ne forme qu’une seule et même communauté, et que c’est Moi, votre Seigneur, que vous devez craindre !» [53] Mais ils se sont divisés en sectes ; et chaque secte se mit à se prévaloir de sa doctrine. [54] Laisse-les pour un temps dans leur erreur ! [55] Pensent-ils que les richesses et les enfants dont Nous les pourvoyons [56] soient une avance que Nous Nous empressons de leur faire sur les biens de la vie future? Quelle inconscience !
[57] Au contraire, ceux que la crainte de leur Seigneur incite à l’humilité, [58] ceux qui croient aux signes de leur Seigneur, [59] ceux qui n’associent rien à leur Créateur,
[60] ceux qui, en accomplissant leurs actes de piété, sont pénétrés de crainte à l’idée qu’un jour ils retourneront auprès de leur Seigneur, [61] ce sont ceux-là qui courent à l’envi les uns les autres vers les bonnes œuvres et qui sont les premiers à les accomplir. [62] Nous n’imposons à l’homme aucune charge qui soit au-dessus de ses moyens. Nous détenons un Livre qui énonce la stricte vérité, et les hommes ne seront pas lésés.
[63] Mais les cœurs des impies restent, à l’égard du Coran, plongés dans l’erreur, sans compter d’autres méchantes actions qu’ils n’hésitent pas à accomplir. [64] Et lorsque enfin Nous aurons châtié les plus opulents parmi eux, ils pousseront des cris d’angoisse. [65] «Cessez de vous lamenter aujourd’hui, car vous ne recevrez de Nous aucun secours ! [66] Mes versets vous étaient bien récités ; mais vous vous en détourniez [67] avec morgue, et vous vous en moquiez au cours de vos veillées.»
[68] Ne méditent-ils donc pas la Parole de Dieu? Ou est-ce parce qu’ils ont reçu ce qui n’est jamais parvenu à leurs ancêtres? [69] N’ont-ils pas connu suffisamment leur Prophète pour le renier aujourd’hui? [70] Ou bien disent-ils qu’il est atteint de démence, alors qu’il ne leur apporte que la stricte vérité? Mais la plupart d’entre eux ont la vérité en horreur. [71] Et si la vérité était conforme à leurs caprices, les Cieux, la Terre et tout ce qu’ils contiennent seraient, à n’en point douter, plongés dans le désordre. Nous leur avons pourtant transmis un message de rappel ; mais en vain, car à chaque instant ils s’en détournent. [72] Craignent-ils que tu leur réclames une rétribution? Mais la rétribution de ton Seigneur est infiniment plus importante, car Il est le Meilleur des dispensateurs.
[73] Or, tes appels ne visent qu’à les mettre sur la voie droite ; [74] mais ceux qui ne croient pas à la vie future ne peuvent que s’en écarter.
[75] Même si Nous leur faisions miséricorde et les débarrassions du mal qui les ronge, ils n’en persisteraient pas moins dans leur rébellion aveugle. [76] Nous avons été jusqu’à leur faire infliger Nos premières rigueurs, mais ils ne se sont pas pour autant soumis à leur Seigneur, pas plus qu’ils n’ont daigné Lui adresser des prières. [77] C’est seulement lorsque Nous ouvrirons devant eux la porte d’un châtiment plus terrible encore qu’ils se trouveront entièrement envahis par le désespoir.
[78] C’est Dieu qui a créé pour vous l’ouïe, la vue et l’intelligence. Mais vous en êtes rarement reconnaissants ! [79] C’est Lui qui vous a disséminés sur la Terre, et c’est à Lui que vous ferez retour. [80] C’est Lui qui donne la vie et qui donne la mort, et qui fait alterner la nuit et le jour. Ne pourrez-vous le comprendre?
[81] Hélas ! Ils continuent à ressasser les mêmes propos que leurs devanciers. [82] «Quoi? Une fois morts, disent-ils, et réduits en os et en poussière, serons-nous ressuscités? [83] C’est ce qui nous a été promis, auparavant, à nous et à nos ancêtres. Ce ne sont là que des fables anciennes !»
[84] Demande-leur : «À qui appartiennent la Terre et ceux qui y vivent? Dites-le, si vous le savez !» [85] – «Ils appartiennent à Dieu», répondront-ils. Dis-leur alors : «Que ne pouvez-vous donc vous en souvenir?» [86] Demande-leur : «Qui est le Seigneur des sept Cieux, le Souverain du Trône sublime?» [87] – «C’est Dieu», répondront-ils. Dis-leur alors : «Ne Le craignez-vous donc point?» [88] Demande-leur : «Qui détient le pouvoir suprême sur toute chose? Qui est Celui qui protège, et qui n’a pas besoin d’être protégé? Dites-le, si vous le savez !» [89] – «C’est Dieu», répondront-ils. Dis : «Pourquoi donc vous laissez-vous ainsi ensorceler, au point de ne pas croire en Lui?»
[90] Certes, Nous leur avons apporté la vérité ; mais eux ne font que mentir. [91] Non, Dieu ne S’est donné aucun fils, et il n’existe aucune divinité avec Lui, sinon chaque divinité s’attribuerait ce qu’elle aurait créé, et certaines d’entre elles domineraient les autres. Gloire à Dieu ! Il est bien au-dessus de tout ce qu’ils inventent ! [92] Détenteur de la science de tout ce qui est visible ou invisible, Il est très au-dessus de ce qu’on Lui associe !
[93] Dis : «Seigneur, si jamais Tu décides de me montrer le châtiment qui leur est promis, [94] fais, Seigneur, que je ne sois pas du nombre des coupables.» [95] Nous avons tout pouvoir de te montrer ce que Nous leur promettons. [96] Rends le bien pour le mal, car Nous savons mieux que quiconque ce qu’ils inventent. [97] Dis : «Seigneur, je me réfugie en Toi contre les tentations des démons ; [98] et je me mets sous Ta protection, Seigneur, contre leur approche.»
[99] Puis, quand la mort se présente à l’un d’eux, il s’écrie : «Seigneur, fais-moi revenir sur Terre, [100] afin que j’accomplisse quelques bonnes actions que j’avais négligé de faire !» Oh que non ! Ce n’est là qu’une vaine parole, car derrière eux se trouve dressée une barrière jusqu’au Jour de la Résurrection. [101] Puis, quand la Trompette sonnera, tout lien de parenté entre eux disparaîtra, ainsi que toute assistance mutuelle. [102] Ceux en faveur de qui penchera la balance seront les bienheureux. [103] Ceux dont les bonnes œuvres auront été, à la pesée, insuffisantes, ceux-là auront tout perdu et auront la Géhenne pour séjour éternel, [104] où les flammes leur lècheront le visage, pendant que leurs lèvres se crisperont de douleur.
[105] «Mes versets ne vous étaient-ils pas récités? Ne les traitiez-vous pas de mensonges?», leur sera-t-il dit. [106] «Seigneur, diront-ils, notre mauvaise fortune a prévalu contre nous, et nous étions des gens égarés ! [107] Seigneur, fais-nous sortir de la Géhenne, et si nous récidivons, nous serons alors de vrais coupables.» [108] Dieu leur dira alors : «Restez-y et ne M’adressez plus la parole ! [109] Il y avait bien un groupe de Mes serviteurs qui disaient : “Seigneur ! Nous croyons en Toi ; pardonne-nous et accorde-nous Ta grâce, car Tu es le Meilleur des miséricordieux !” [110] Vous en avez fait un sujet de raillerie, au point d’oublier Mon souvenir, et vous les tourniez en dérision ; [111] ceux-là, Je les récompense aujourd’hui pour ce qu’ils ont enduré, et ils sont désormais les bienheureux !»
[112] «Combien d’années avez-vous vécu sur Terre?», leur demandera-t-on. [113] «Nous y sommes restés, répondront-ils, un jour, ou moins encore. Interroge plutôt ceux qui savent compter !» [114] – «Vous n’y êtes restés qu’un laps de temps très court, si vous pouviez le savoir !, dira le Seigneur. [115] Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but et que vous ne seriez jamais ramenés vers Nous?»
[116] Exalté soit Dieu, le vrai Souverain ! Il n’y a point de divinité que Lui, le Seigneur du Trône sublime ! [117] Quiconque invoque avec Dieu une autre divinité, sans détenir la preuve de son existence, aura à en rendre compte à son Seigneur. Dieu ne fera point prospérer les infidèles. [118] Dis : «Seigneur, pardonne-nous et accorde-nous Ta grâce, car Tu es le Meilleur des miséricordieux !»







<<< Sourate précédente Revenir en haut Sourate suivante >>>

Traduction par Mohamed Chiadmi. Maison d'édition : Tawhid.

Pour acheter cette version chez Tawhid, cliquez ici. Attention, cette version est en français uniquement, sans le texte en arabe